Saint Grégoire Le Grand

Saint Grégoire Le Grand

« À l un des membres de mon jury de thèse qui me demandait, en 1975, ce que j avais appris de mes recherches sur Grégoire le Grand et son uvre, j avais répondu sans hésiter : « L espérance chrétienne en des temps d épreuves. » En 2014, alors que j exerce mon ministère d évêque depuis vingt-sept ans, je n ai pas changé d avis. Cet homme nommé Grégoire m apparaît comme un grand témoin du travail inlassable de Dieu au milieu des bouleversements de l histoire.  Ce moine devenu diacre, puis évêque de Rome en 590, n a pas cessé de méditer la Parole de Dieu, et en particulier le Livre de Job, ce païen de l Ancien Testament, pour comprendre comment s accomplit le cheminement des hommes vers le Dieu vivant. Ce mystique est aussi un éducateur : il ne renonce jamais à guider le peuple des croyants, à soutenir la foi des faibles et à annoncer l Évangile aux peuples nouveaux qui constituent l Europe du haut Moyen Âge.  Grégoire a mérité son nom de veilleur : il regarde au loin, il ressemble à ces prophètes de l Ancien Testament, Ézéchiel ou Jérémie, qu il aimait commenter, ces hommes effrayés comme lui par les violences que subissent leurs peuples, vaincus à vue humaine par des pesanteurs historiques plus fortes qu eux, mais jamais las d ouvrir des chemins de foi et d espérance, parfois contre toute espérance. »



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.